La pute et le gouverneur

Publié le par Franck Cellier

You know what?

Le pays est tellement grand que les pires catastrophes sont traitées en quelques lignes dans les journaux américains. Mais cette semaine, il y a du gros poisson dans les filets des journalistes. Le gouverneur démocrate de New-York, Eliot Spitzer, fervent supporteur d'Hillary Clinton, vient de se faire surprendre pour avoir loué les chers services (4 300 dollars) d'une prostituée. Le pauvre gars a dû s'excuser publiquement devant tous les micros de la nation. Et il y a fort à parier qu'il va démissionner illico.

Le nom de Spitzer s'ajoute à la longue liste de tous les politiciens américains bannis de la scène pour quelques frasques pas très morales mais pas forcément illégales. L'histoire est truculente car la victime d'aujourd'hui s'est longtemps présentée, surtout lorsqu'elle exerçait la fonction de procureur, comme le plus grand moralisateur de la vie publique américaine. La conclusion revient à Alan Dershowitz, professeur en droit, et en hypocrisie: "Aussi intelligent qu'il soit, quand un homme pense avec un autre organe que son cerveau, il ne fait que des conneries".

Je suis content.

Droopy

Publié dans Parole aux Comics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Abdoul Esaie 12/03/2008 02:48

Que dire sinon que le talon d'Archille des hommes politiques est la femme. Gloire et decadance a cause de cet plaisir doit amener nos politiques au serieux moral. Mais comme l'acte a ete consome et que le coupable s'est lui meme condamne, pourquoi ne pas aussi faire semblant de n'avoir rien lu dans les journaux, rien entendu a la radio, et rien vu a la television.
Ha ! La pomme qui depuis le jardin d'Eden ne continue a faire tomber les grands.