Indiana Bat contre Rex

Publié le par Franck Cellier

Indiana_Bat_FWS.jpgOn dirait le titre d'un film hollywoodien. Il ne s'agit que du dernier obstacle rencontré par le méga pipeline de gaz naturel qui doit relier le Colorado à l'Ohio, le Rocky Express Pipeline (Rex).

L'investissement flirte avec les 5 milliards de dollars sur 2 500 kilomètres. Ne reste plus que la partie Est (Rex-East) à construire d'ici deux ans, mais la traversée de l'Indiana pourrait  se compliquer à cause d'un animal à peine plus gros qu'un pouce: la chauve-souris de l'Indiana (Indiana Bat).
Le tracé du Pipeline traverse l'habitat d'été de la bestiole. Et il est strictement interdit de déranger Indiana Bat étant donnée qu'il est inscrit depuis 1967 sur la liste des animaux en voie de disparition. Les scientifiques se penchent actuellement sur l'impact que pourra avoir Rex à travers une douzaine d'études. Et ils ne semblaient pas vouloir remettre en cause le tracé actuellement choisi. Il aura fallu que le propriétaire de l'une des forêts traversée, Dave McCaroll, soulève le problème devant une cour de justice pour qu'apparaisse la menace d'un report des travaux qui devaient débuter en juin.

A priori Indiana Bat ne devrait pas faire mordre la poussière à Rex si l'on s'en réfère à l'avis des biologistes du ministère de l'environnement américain qui estiment que le pipeline n'est pas plus menaçant pour les chauve-souris endémiques que les autoroutes... Certes. Mais il est toujours attendrissant de se pencher sur les dix petits mammifères recensés dans la propriété de Dave McCaroll. Les biologistes, payés aux frais du plaignant, ont quand même repéré six femelles allaitantes. Combien de temps encore les Etats-Unis vont-ils continuer à maltraiter les jeunes mamans et leurs nourrissons?



Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article